Nos candidat.e.s

  • 1er de liste – Pipaix

    Baptiste Leroy

    Marié et père de 2 enfants, Baptiste Leroy habite à Pipaix. Il est chercheur à l’UMONS où il mène aussi de nombreuses actions en lien avec le développement durable. Il a participé à la création du PiGAL et du Jardin Où Vert et a été entraîneur des jeunes rugbymans du pays des collines jusque cette année. Il est pour lui nécessaire de changer la façon dont Leuze est gérée. Il veut plus de participation citoyenne, que Leuze soit une commune volontaire et innovante en terme de développement durable et que les leuzois soient à nouveau heureux d’y habiter.

  • 2ème de liste – Leuze

    Ingrid Deregnaucourt

    Cohabitante et maman de 3 enfants, Ingrid habite Leuze depuis plus de 10 ans. Après une licence en droit et une carrière dans le domaine fiscal, Ingrid a souhaité concilier ses convictions avec sa vie professionnelle. Elle travaille depuis 2016 au sein d'Ecolo. Convaincue du rôle essentiel des citoyens et des associations dans la transition écologique mais consciente que celle-ci nécessite également l’appui du politique, Ingrid a souhaité se lancer dans le mouvement tout en continuant son action citoyenne au quotidien.

  • 4ème de liste – Pipaix

    Fabienne Marchal

    Mariée, mère et grand-mère, Fabienne Marchal habite à Pipaix depuis 1996. Cela fait 20 ans qu’elle a adopté le proverbe "Nous n'héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l'empruntons à nos enfants". Ingénieur des mines, fondatrice de la coopérative citoyenne d’énergie renouvelable CLEF à Leuze et de la coopérative citoyenne de fourniture d’électricité COCITER, elle s’investit également dans le développement durable des pays du Sud. C’est en famille et dans la nature, du jardin aux randonnées à cheval ou en haute montagne, qu’elle se ressource. Convaincue par la démarche des dimanches participatifs leuzois, elle a décidé de rejoindre la liste Ecolo pour y porter notamment le thème très technique de l’énergie durable.

  • 3ème de liste – Leuze

    Samuel Batteux

    Samuel Batteux est le plus ardennais des Ecolos Leuzois ! Installé à Leuze depuis 7 ans, ce physicien a repris la ferme (belle-) familiale à Thieulain. Persuadé que le salut des exploitations familiales est à construire en dehors de l'agro-industrie, il ouvrira prochainement, avec son épouse, une fromagerie où valoriser un lait bio de pâturage. Samuel regrette le peu de soutien que la commune procure aux agriculteurs (en comparaison avec ce qui se fait ailleurs) et est attristé par tous ces hectares de bonne terre qui disparaissent à jamais au profit d'une urbanisation galopante.

  • 5ème de liste – Leuze

    Christophe Vercruysse

    Marié et papa de 3 enfants, Christophe habite Leuze depuis 25 ans. Membre Ecolo depuis longtemps, il est convaincu qu'il est temps d'enfin oser prendre quelques distances avec ces modèles anciens qu'on ne cesse de nous imposer et qui montrent leurs limites, s'indigner des dérives qu'ils entraînent: Leuze n'a pas été épargnée ces dernières années par ces décisions où l'intérêt général des Leuzois n'était bien souvent pas pris en compte. En concordance avec ses convictions, les conclusions des « Dimanches Participatifs Leuzois », base du programme Ecolo pour Leuze, sont claires: les gens ont envie d'autre chose. Faisons en sorte «d'offrir de nouveaux horizons à nos espoirs»: une ville verte, propre, accueillante, où chacun se sentira citoyen à part entière et jouira d'un «droit de cité» véritable, la possibilité pour chacun de faire entendre sa voix au-delà des urnes, d'être consulté, et associé à la gestion communale. Offrons à Leuze un avenir enthousiasmant.

  • 6ème de liste – Gallaix

    Eve-Anne Durieux

    Mariée et mère de 2 petites filles. Biologiste de formation diplômée de l’UMH, Eve-Anne développe par la suite un intérêt pour l’étude de l’humain et se forme ainsi à diverses méthodes de bien-être et de développement personnel. Aujourd’hui professeur de yoga, elle offre un accompagnement en individuel, en collectif et par des formations online à toute personne en recherche de mieux-être. Passionnés depuis toujours par la nature et l’écologie, elle et son mari se sont formés au jardinage naturel et au design en permaculture, et ont développé un jardin-potager où ils ont atteint leur autonomie alimentaire au niveau des fruits et légumes. Eve-Anne a décidé de rejoindre écolo car elle est convaincue que les enjeux écologiques (réchauffement climatique, chute de la biodiversité,..) sont devenus les enjeux prioritaires de la génération actuelle pour garantir un avenir serein aux générations futures.

  • 8ème de liste – Gallaix

    Monique Decaluwé

    Retraitée et mamie de 4 petits enfants, Monique aime aller à la rencontre des personnes plus âgées et en les écoutant, se rend compte que trop souvent ces dernières se sentent esseulées. Son idée serait de réinventer une nouvelle solidarité entre les générations, qui pourrait être bénéfique à chacun.

  • 7ème de liste – Willaupuis

    Philippe Voet

    .

  • 9ème de liste – Blicquy

    Vincent Dubuisson

    Papa de 4 filles et grand-père de 2 petites-filles (bientôt 3 !). Vincent est un membre fondateur de la Locale ECOLO. Après un retrait de 24 ans, pour raisons personnelles, il est très heureux de rejoindre une équipe dynamique, compétente et soudée. Retraité, Vincent profite de ses temps libres pour assouvir ses besoins de Culture. Il est donc totalement convaincu de son importance pour tout le monde. La Culture fait partie intégrante de notre développement personnel et ce, sous toutes ses formes. Il souhaite qu'un effort particulier soit fait pour que tous nos jeunes concitoyens puissent vivre des expériences culturelles.

  • 10ème de liste – Leuze

    Christiane Maurice

    Christiane a 48 ans, est maman de trois enfants et travaille comme intervenante psycho sociale. Elle porte un intérêt pour l’art, la créativité et la culture. Elle accompagne et anime des ateliers à l’aide du « Journal Créatif ». Elle habite à Leuze, au Fermont, depuis plus de 20 ans. Christiane est convaincue de l’urgence à intégrer les circuits courts, la mobilité douce, les énergies renouvelables, le rapport à la nature dans notre vivre ensemble au quotidien. Elle estime que l’écologie doit être pensée globalement pour répondre aux enjeux d’aujourd’hui et de demain, en termes économique, participatif et surtout d’éducation et de vie culturelle. Au niveau local, elle est prête à se mobiliser pour soutenir et participer à des projets concrets allant dans ce sens.

  • 12ème de liste – Chapelle-à-Wattines

    Catherine Bertet

    Nantaise d’origine, arrivée en Belgique en 71, Catherine vit à Bruxelles dans un premier temps, puis à Tubize. Divorcée, mère de 3 enfants, elle tient une école de devoirs en quartier défavorisé à Tubize et devient élue Ecolo dans l’opposition en 2000. Arrivée à Leuze il y a 13 ans, elle participe aux élections communales sur la liste Ecolo l’année suivante. Impliquée avec le Centre Culturel et le PCS, elle lance les Fil’Leuzes, groupe très actif dans la maille. Avec les CFL, elle participe au lancement du RéGAL, Depuis toujours, elle fait de la récup’ pour limiter son impact environnemental. Catherine pense que notre avenir doit se voir en termes de consommation locale avec le moins de déchets possible mais surtout pour les écoles et le home, des repas basés sur une nourriture saine et la plus locale possible.

  • 11ème de liste – Leuze

    Fredy Beghain

    .

  • 13ème de liste – Pipaix

    Bernard Mary

    Marié, père, grand père et arrière grand-père, sa passion est la teinture naturelle par les plantes et le tissage. Il veut reconstituer pour Leuze un tissu social intergénérationnel : « on a beaucoup à apprendre des anciens mais encore plus de nos jeunes ». Sa ville se veut être culturelle et sportive, oui mais accessible à tous en revalorisant l’article 27.

  • 14ème de liste – Leuze

    Lucie Nachtergaele

    Mère de trois garçons, Lucie est artiste plasticienne investie professionnellement dans le social. Elle réside à Leuze depuis 7 ans. Fille d'agriculteur, les questions environnementales ont toujours été au cœur de ses réflexions et de ses choix. Venant de la commune voisine de Ath, quelle n'a pas été la surprise de son entourage apprenant son installation dans la commune. "A Leuze..?" lui disait-on avec un air de dégoût. Et bien oui...à Leuze où tout est à faire, à créer, à penser et c’est ce que elle aime. Le potentiel est là, il faut juste donner des moyens, de la visibilité et du soutien à tout ce qui existe déjà de remarquable! Car à Leuze, elle a découvert des associations en pagaille, de la solidarité, de la transition et un petit groupe d'Ecolo qui par leurs idées novatrices ont réellement envie de faire bouger la ville de Leuze. C'est pourquoi, pour ces élections communales, elle se lie à Ecolo, pour les soutenir, pour que demain elle soit aussi fière de sa ville.

  • 16ème de liste – Pipaix

    Sandra Lequenne

    Après avoir vécu 20 ans à Leuze, Sandra, maman de 2 enfants, habite à Pipaix depuis maintenant 3 ans. Avec son conjoint, Sandra s'implique régulièrement dans la vie associative locale en soutenant le mouvement de jeunesse du village et a participé à la création du PiGal, le Groupement d’Achat Local de Pipaix, avec d'autres citoyens convaincus de l'importance des circuits courts et du soutien à apporter à nos producteurs locaux. Sans expérience au niveau politique, Sandra a accepté de s’engager dans cette campagne électorale car le programme de la liste écolo fait écho à beaucoup de thèmes qui lui sont chers tels que redonner une place à la mobilité douce entre les villages et le centre urbain et la volonté d’encourager l’utilisation rationnelle des énergies renouvelables.  Sandra croit que la commune doit montrer l’exemple et soutenir les initiatives locales dans ces domaines.

  • 15ème de liste – Thieulain

    Emmanuel Ottevaere

    Marié, père de 3 enfants, Emmanuel Ottevaere habite Thieulain depuis 25 ans. Il est indépendant dans le secteur informatique. Dans ce cadre, il coopère avec les communes pour la mise en place d’espaces citoyens. Ses activités lui ont permis de constater tous les effets positifs d’une vraie démocratie participative. Il est actif depuis plusieurs années au sein du Plan communal de développement rural et y apprécie la disponibilité et l’enthousiasme des Leuzois pour leurs villages. Cette expérience lui a donné envie de s’investir pour que les Leuzois ne soient plus simples spectateurs des choix des politiciens mais participent au renouveau de leur commune.

  • 17ème de liste – Chapelle-à-Wattines

    Vincent Jouret

    Leuzois né à Ath, papa de 3 enfants et végétarien convaincu, Vincent est diplômé en ébénisterie, ce qui lui a permis de construire sa maison en bois à Chapelle-à-Wattines en 1998. Tout ce qui touche au bois, à la nature et aux énergies renouvelables le passionne. Depuis 2008, Vincent fait partie de la coopérative qui a initié le parc éolien de Leuze Europe, l’énergie verte c’est notre avenir. Et le « vert » c’est l’avenir de Leuze !

  • 18ème de liste – Tourpes

    Ingrid Colin

    Maman de 3 enfants, Ingrid habite à Tourpes et est très attachée à la vie associative du village. Actuellement fonctionnaire au ministère de l'agriculture , elle a travaillé durant plusieurs années dans la recherche appliquée en horticulture ornementale. Parmi ses différents projets, figurait la réduction des pesticides en ville mais aussi dans les pépinières. Ingrid trouve qu'il est primordial de soutenir les nombreuses associations qui font vivre l’entité. Elles sont le moteur de notre communauté. Pour elle, un cadre de vie agréable passe par une ville propre, renouvelée, et une urbanisation maîtrisée dans laquelle la biodiversité aurait sa place et l’avis des citoyens serait pris en compte. Son engagement se portera également vers les jeunes dont l'épanouissement est le gage d'une société plus harmonieuse.

  • 20ème de liste – Pipaix

    Mélinda Vandenbergh

    Mélinda, pipaisienne depuis 2003, est mariée et maman de deux enfants. Licenciée en biologie, elle a à cœur de remplir son rôle de professeur en vulgarisant les notions scientifiques afin de permettre à son jeune public de faire des choix avertis dans son mode de vie et de consommation. L’épanouissement, la responsabilisation, le bien-être et la sécurité des jeunes sont pour elle une priorité, et c’est pour ces raisons qu’elle a décidé de s’investir au sein d’Ecolo Leuze. En effet parmi les nombreuses propositions du programme visant à améliorer la qualité de vie de ses citoyens, le projet d’une commune « doucement mobile » avec notamment l’élaboration d’un aménagement d‘une liaison de mobilité douce et sécurisée pour relier les villages entre eux ainsi qu’au centre urbain lui tient particulièrement à cœur. Elle pense que tous les habitants devraient pouvoir profiter d’un cadre de vie esthétique à la fois sécurisant et sécurisé MAIS cependant réfléchi dans le respect de la biodiversité

  • 19ème de liste – Leuze

    Xavier Gabriels

    Xavier, artisan pâtissier indépendant depuis plus de trente ans, marié et père de 4 enfants et grand-père d'une charmante petite fille! Il est membre du mouvement ECOLO depuis sa création au début des années 80. Cette affiliation s'est faite tout naturellement pour défendre des valeurs qui au bout de trente ans sont mise à mal tel que respect de l'environnement, qualité de vie au quotidien, alimentation saine et naturelle etc. Par son métier, c'est tout particulièrement dans le domaine de l'agro-alimentaire qu' il défend un mode de consommation raisonné en utilisant des produits simples, le plus naturel possible et privilégier le circuit court. Le meilleur exemple est sa production personnelle de certains fruits qui entrent dans la confection de ses pâtisserie! Notre mode de vie actuel n'est plus fait assurer un avenir viable pour nos enfants, il est grand temps de réagir!

  • 21ème de liste – Leuze

    Aymeric Lambert

    Diplômé éducateur, Aymeric a grandi dans le centre de Leuze où il vit encore aujourd’hui. Son investissement chez écolo est tout récent. Il est dû à son envie de valoriser son expérience, notamment dans les mouvements de jeunesse, et à sa volonté d’apporter de nouvelles choses pour la ville de Leuze-en-Hainaut. Il est primordial pour lui de redonner une place aux jeunes au sein de la société mais aussi de leur permettre de s'investir dans leur commune.

  • 22ème de liste – Leuze

    Zoé Coinne

    Zoé a 20 ans, elle a toujours vécu à Leuze. Elle a réalisé la majeure partie de son parcours scolaire sur l’entité de Leuze. Actuellement elle suit des études supérieures à Lille en Nutrition sportive. Zoé est donc très sensible aux thèmes qui touchent l’alimentation. Pour elle, Ecolo peut faire bouger les choses au niveau communal en ce qui concerne les cantines scolaires et les repas tant en maison de repos qu’à domicile en réalisant des repas équilibrés et avec des ingrédients d’origine biologique. D’autres thèmes lui sont chers comme l’accès pour les jeunes à la culture, aux loisirs, aux sports et aussi à la santé.

  • 23ème de liste – Leuze

    Christine Delcroix

    Mariée et maman de 3 enfants, Christine a grandi à Thieulain dans la ferme familiale. Après sa licence en mathématiques, elle s’installe dans le Brabant Wallon et travaille dans le secteur informatique à Bruxelles. En 2011, Christine revient dans la commune avec sa famille pour y reprendre la ferme familiale et y développer un projet d’agriculture en circuit court. Christine croit fermement en un avenir plus durable et meilleur pour l’homme. Les multiples initiatives citoyennes en ce sens l’enthousiasment et elle aussi participe à ce mouvement par son engagement dans le secteur associatif de Leuze-en-Hainaut, pour y défendre la place du vélo et les projets de transition !

Une commune citoyenne

Nous pensons qu’une gestion efficace et juste de la commune au bénéfice de toutes et tous passe par l’écoute des citoyens et leur participation dans les discussions et prises de décisions.

A ce jour, les conditions permettant aux citoyens de s’impliquer dans la vie de la commune ne sont pas remplies : accès limité aux informations, manque de transparence, problème de représentativité au sein des commissions, consultation citoyenne inexistante…

Nos propositions

  • Faciliter l’accès à l’information.

Nous rendrons accessibles les documents et données publics via le site web de la commune. De plus, nous améliorerons la transmission de l’information de manière numérique mais aussi de manière traditionnelle à l’aide de valves en ville comme au cœur des villages.

Nous aménagerons la salle du conseil communal afin que le public puisse suivre correctement (voir et entendre) les conseils communaux et nous retransmettrons les séances sur Internet.

Nous rendrons publiques les résumés des débats du CPAS (vente de biens, investissement, etc.) tout en garantissant la confidentialité des données à caractère personnel.

  • Conseil citoyen

Nous installerons un conseil citoyen par le biais d’un tirage au sort afin d’impliquer toutes les catégories de la population (Tirage au sort avec droit de refus au sein de la population âgée de plus de 18 ans et à l’exclusion des mandataires politiques). Nous porterons une attention toute particulière aux horaires de ces conseils citoyens afin de permettre la participation de toutes et tous (parents, indépendants, agriculteurs, etc.).

Le conseil communal sera tenu de mettre en débat les propositions émanant de ce conseil citoyen. Il en sera de même avec le conseil de la jeunesse, le conseil des Aînés et le conseil des enfants.

Nous mettrons également en place des outils en ligne inspirés des SmartCities afin de faciliter l’implication du citoyen dans la mise en place de projet. Nous nous inspirerons pour cela de villes telles que Nantes, Bordeaux ou Barcelone qui ont déjà mis en place ce type d’outil.

  • Réunion citoyenne

Nous organiserons, avant les séances du conseil communal, des réunions où élu.e.s et habitant.e.s pourront échanger au sujet de l’actualité de leur commune et des points qui seront débattus lors du conseil communal.

  • Interpellation citoyenne

Nous encouragerons les interpellations citoyennes et nous permettrons qu’elles soient suivies d’un débat. Ces interpellations pourront également être des propositions plutôt que des questions.

Une commune où il fait bon vivre

Notre commune est perçue comme sale et peu attrayante, et de lourdes inquiétudes pèsent quant au maintien de son caractère rural, notamment en raison des nombreux projets immobiliers (quartier nouveau) et à la constante extension des zonings.

Nos propositions

  • Nous recréerons et préserverons un cadre de vie de qualité pour chaque habitant (jeunes et moins jeunes) et garantirons à chacun un cadre où il fait bon – et beau – vivre en toute sécurité.
  • Nous gérerons l’espace public de façon écologique, dans le respect de la biodiversité : plantation de fleurs et arbustes mellifères, d’herbes aromatiques…
  • Nous développerons des lieux de convivialité et de dynamique citoyennes. Parc, plaines de jeux, maison de jeunes, de village, terrain de foot, skate-parc, piétonnier, avec un mobilier urbain adapté : bancs, poubelles, fleurs, fontaines… La gestion citoyenne de certains espaces sera encouragée avec la mise en place de “permis de végétaliser”.
  • La commune doit être le réceptacle des idées et suggestions des citoyens. Nous soutiendrons les projets liés au cadre de vie : aide à l’élaboration et à la création des projets des leuzois en la matière.
  • Nous redynamiserons le centre-ville et le centre des villages en favorisant l’accès ainsi que l’implantation de commerces locaux et de proximité.
  • Nous repenserons de façon globale la politique des déchets : poubelles publiques permettant le tri, encouragement du zéro déchet, information et sensibilisation des habitants (dès l’école) à cette problématique. La commune se doit d’être un exemple en la matière sans aucune nouvelle augmentation de la taxe poubelle.

Une commune qui promeut les circuits courts

Le secteur associatif s’est déjà fortement engagé dans le circuit court et plusieurs initiatives existent telles que le jardin collectif, deux groupements d’achats locaux (GAL) ou le mouvement zéro déchet. Le marché mensuel des producteurs locaux est également une excellente initiative, mais sa fréquence est trop faible.

Alors que des citoyens s’impliquent fortement, la commune n’emboîte guère le mouvement.

Nos propositions

  •  Marché des producteurs

Nous augmenterons la fréquence du marché des producteurs. En concertation avec les producteurs, nous proposerons une fréquence hebdomadaire d’avril à octobre.

  • Une alimentation durable et de qualité pour tous

Nous inclurons, sans augmentation de coût pour les usagers, systématiquement des produits locaux dans les cantines scolaires, celles du home et des crèches ainsi que lors d’événements communaux. La question de la quantité de viande sera également abordée, moins de viande mais une viande de qualité.

En parallèle, nous mettrons en place des « écoles du goût ». La transition vers une alimentation saine et durable doit passer par des actions de sensibilisation et d’éducation dans les écoles : potager, verger, poulailler dans les écoles, visite de producteurs…

  • Soutien et promotion des initiatives locales

Nous créerons une nouvelle compétence échevinale : celle des produits locaux et des circuits courts.

Nous nommerons un animateur « circuit-court » : il sera le point relais pour toutes ces initiatives et le point de contact artisans/producteurs et consommateurs.

Nous donnerons une plus grande visibilité et un soutien plus évident aux GAL sur le site web de la commune, dans le bulletin d’information, dans un « pack de bienvenue » distribué aux nouveaux habitants, via Facebook, etc.

Nous soutiendrons la création de coopérative (par exemple une « Halle des Producteurs ») par la mise à disposition de locaux (PMR friendly). Les maraîchers débutants seront aussi soutenus par la mise à disposition de terres agricoles au prix du marché par exemple au sein du quartier nouveau.

Nous soutiendrons la mise en place d’une monnaie locale comme moteur de dynamisme économique local.

Une commune “doucement mobile”

A Leuze, une très grande part des déplacements se fait en voiture, la voiture occupe beaucoup d’espace en ville et l’entretien des voiries consomme une grande part du budget des travaux, au détriment des autres modes de mobilité.

Leuze a la chance de disposer d’une gare ferroviaire importante mais on y accède principalement en voiture et les parkings y sont bondés. Le service des bus est principalement dédié au transport scolaire et l’offre en dehors des horaires scolaires est peu attractive.

Les infrastructures cyclables sont rares et mal entretenues. Aucun investissement communal n’a été consacré à améliorer la situation durant les dernières années.

Les déplacements à pied ne sont pas non plus favorisés puisque nombre de trottoirs sont dégradés, trop étroits ou avec des bordures inadaptées aux personnes à mobilité réduite. Certains ont même été récemment refait à l’identique, reproduisant les erreurs du passé…

Enfin, même si Leuze peut maintenant compter sur les services d’une conseillère en mobilité compétente, il n’y a actuellement aucune vision sur la mobilité à développer dans les années à venir. De même, les écoles et entreprises leuzoises ne disposent pas de plan de mobilité permettant de repenser les déplacements.

Nos propositions

  • Nous développerons des liaisons de mobilité douce sécurisées (piéton, vélo) afin de relier les villages entre eux et au centre urbain. Des solutions doivent être élaborées pour chaque village. Le Ravel Leuze-Grandmetz est un pas dans la bonne direction et offrira au village de Grandmetz une liaison cyclo-piétonne sécurisée vers le centre-ville. Chaque village doit pouvoir bénéficier d’une liaison douce sécurisée vers le centre-ville.
  • Nous mettrons en place un réseau de trottoirs en bon état, d’une largeur correcte et accessibles aux personnes à mobilité réduite. Créer là où cela est utile, de nouveaux passages pour piétons et de nouvelles liaisons cyclo-piétonnes permettant de réduire la distance entre deux quartiers.
  • Dans les rues trop étroites où la circulation à double sens ne permet pas de prévoir des trottoirs fonctionnels, nous créerons des zones de rencontre. Ce sont des espaces partagés où chaque utilisateur doit pouvoir trouver sa place en toute sécurité. Les véhicules doivent respecter la vitesse basse de 20km/h tandis que les piétons ne peuvent bloquer la circulation sans raison.
  • Nous sensibiliserons et formerons les citoyens à une autre mobilité notamment via : la pérennisation de formations cyclistes dans les écoles; l’accompagnement des écoles et des entreprises dans la conception d’un plan de déplacement (pied, vélo, covoiturage, bus) et l’organisation d’une semaine de la mobilité; et le développement d’une action « Tandem vélo » permettant à un cycliste expérimenté de former un cycliste débutant.

Une commune “culturelle”

La culture se porte plutôt bien à Leuze, essentiellement grâce à un Centre Culturel très dynamique créatif et efficace qui offre un large panel d’activités, de conférences et d’événements pour tous les âges (Renc’Arts, Novelty, etc.).

Mais il y a manque criant de salles au sein de l’entité, que ce soit des salles pouvant accueillir des conférences, concerts et spectacles ou des salles/lieux permettant d’organiser des ateliers créatifs.

Nos propositions

  • Nous accorderons un soutien aux activités et aux infrastructures culturelles en toute transparence.
  • Nous soutiendrons l’organisation d’activités culturelles accessibles à tous les publics, au sein des villages ou du centre-ville en impliquant les acteurs locaux (exemple : parcours d’artistes).
  • Nous mettrons à disposition des locaux permettant d’organiser des ateliers créatifs.
  • Nous ferons coexister la culture et le sport au sein de LeuzArena.
  • Nous développerons des activités de Street Art pour et avec les jeunes.

Une commune qui vise l’efficacité énergétique

Pas d’ambition énergétique sur la commune. Pas de panneaux photovoltaïques sur les bâtiments communaux. Pas de bilan énergétique connu des bâtiments communaux. Pas de gestion du parc « lumineux » la nuit. Pas de soutien à l’isolation, à l’autonomie énergétique.

Nos propositions

  • Nous fixerons un objectif communal 100 % renouvelable à plus (2050) ou moins long terme.
  • Nous adhérerons à la « Convention des Maires » (la Convention des maires est le principal mouvement européen associant les autorités locales et régionales dans un engagement volontaire pour l’amélioration de l’efficacité énergétique et l’augmentation de l’usage des sources d’énergie renouvelable au sein de leurs territoires).
  • Nous mettrons en place un.e conseiller.ère énergie, servant de comptoir unique pour le citoyen et pour les PME. Nous soutiendrons les « passeurs d’énergie » et nous travaillerons à la sensibilisation des citoyens aux problématiques de l’énergie.
  • Nous repenserons l’éclairage public notamment dans les nouveaux quartiers à venir.
  • Nous ajouterons des contraintes énergétiques aux différents appels d’offre ; partout nous viserons au moins le passif au mieux l’actif (où les bâtiments produisent plus qu’ils ne consomment).
  • Nous veillerons à l’efficacité énergétique des logements mis en location (AIS, IPPLF, etc.) et au respect des normes en la matière (lutte contre les marchands de sommeil).
  • Nous encouragerons la production d’énergie locale (privée et publique).
  • Nous renouvellerons progressivement la flotte communale notamment vers des véhicules électriques ou au bio-gaz.
  • Nous créerons un fond alimenté par la taxe éolienne et affecté prioritairement à des projet de transition de notre société (cantines scolaires, audits énergétiques, …)

Une commune où il fait bon apprendre

L’école est une aubaine pour nos enfants. Elle offre d’apprendre, de se réaliser, de développer ses potentialités, de découvrir d’autres manières de vivre, de penser, de s’amuser. L’école a la mission d’accompagner nos enfants à réaliser ce qu’ils recèlent en eux de meilleur.

Nos propositions

  • Nous repenserons, en partenariat avec les enseignants et les directions, l’espace « école » afin que tous les rythmes propres à l’enfant soient respectés : espace vert dans la cour, espace de sport, espace jeux de société, espace lecture…
  • Nous doterons les écoles d’espaces conviviaux d’accueil, de rencontre, de discussion. Les parents (comme les élèves) doivent se sentir bienvenus dans l’école.
  • Nous veillerons à renforcer des activités de rencontre, d’apprentissage, de découverte mais aussi ludiques, pour tous les jeunes, lors des jours blancs.
  • Nous installerons des give-box pour le matériel scolaire.
  • Nous travaillerons avec du matériel scolaire respectueux de l’environnement et encouragerons sa réutilisation.
  • Nous développerons les jardins d’enfants autour des besoins de chaque enfant, en favorisant des petites classes adaptées et soutenues par les parents, des modules de petits groupes, des temps de visite aux lieux d’éveil à la musique, au théâtre, au sport et à la créativité en général.
  • Nous mettrons en place un Accueil Temps Libre (tous réseaux confondus) qui réponde aux réels besoins.

Une commune qui intègre les jeunes

Nos jeunes sont extrêmement dynamiques et inventifs, toujours en mouvement, avides d’apprendre, de grandir, de découvrir le monde et de voler de leurs propres ailes. Nous devons développer cette richesse et leur donner les moyens de s’exprimer.

Nos propositions

  • Nous soutiendrons tous les lieux d’expression et de développement personnel en leur donnant les moyens de travailler dans de bonnes conditions : AMOSA, Mouvements de Jeunesse, centre culturel, clubs sportifs, planning familial, Safran…
  • Nous encouragerons le partage de locaux parfois peu occupés afin de limiter les coûts d’infrastructures et de fonctionnement.
  • Nous donnerons la parole aux jeunes pour coconstruire avec eux.
  • Nous veillerons à installer des lieux de rencontre et de divertissement à destination des jeunes (skate-parc, etc.).

Une commune où il fait bon vieillir … ensemble

Les 60 ans et plus représentent quelque 3500 personnes à Leuze ; les 80 et plus, environ 800 personnes.

Ces deux catégories, la dernière en particulier, représentent un public qui est aujourd’hui fortement exclu de la vie leuzoise pour plusieurs raisons : manque d’autonomie (difficultés d’accès aux commerces, état lamentable des trottoirs, etc.), manque d’information, manque de mise en valeur et difficulté d’accès aux activités.

Ces personnes sont de facto fortement touchées par l’isolement et la solitude ce qui est source de mal-être voire de maladie.

Nos propositions

  • Nous veillerons à ce que les futurs lotissements, ou rénovations de quartier, incluent une dimension trans-générationnelle forte afin de lutter notamment contre l’isolement.
  • Nous lutterons contre la fracture numérique en renforçant l’offre de formation aux nouvelles technologies y compris dans les villages.
  • Nous irons à la rencontre des aînés afin d’établir avec eux un Plan Communal des Aînés.
  • Nous analyserons la démographie et anticiperons l’installation des structures nécessaires.
  • Nous mettrons à disposition des aînés qui s’investissent, par exemple dans des écoles de devoirs, des locaux et du matériel fonctionnels.
  • Nous relancerons le service de repas à domicile (CPAS) et ouvrirons un restaurant social visant la convivialité, par exemple au home Destrebecq.
  • Nous veillerons à ce que les maisons de jeunes puissent aussi être celles des aînés.

Une commune sûre et propre

Les citoyens souhaitent pouvoir profiter d’un espace public plus accueillant, plus beau, de rues plus propres, mais aussi plus sécurisantes.

Nos propositions

  • Nous formerons des employés communaux au travail d’éducateur de rue. Ceux-ci permettront de déminer les conflits avant qu’ils ne s’enveniment, entre voisins, lors de rassemblement, etc.
  • Nous repenserons les poubelles de rue : plus nombreuses, (plus jolies!), à tri. Nous veillerons à leur ramassage régulier.
  • Nous installerons des distributeurs de sacs biodégradables à déjections canines.
  • Nous lutterons contre les dépôts clandestins (identification des auteurs). Nous organiserons une fois l’an un ramassage des encombrants.
  • Nous transformerons, sur base volontaire, certaines amendes administratives en travail d’intérêt général.
  • Nous réorganiserons la présence policière à pied ou à vélo dans des endroits sensibles (gare, piscine, …).
  • Nous repenserons l’éclairage nocturne. Plus économe (LED), intelligent, mais surtout efficace et fonctionnel : passage-piétons, Ravel, abords de la gare (en concertation avec la SNCB), etc.
  • Pour mieux se connaître et s’apprécier, nous encouragerons la tenue de « fêtes des voisins » en y apportant une aide logistique (barrières, route barrée, etc.).
Share This